LA POLITIQUE COLONIALE DE CESAR EN ESPAGNE ENJEUX DES RESSOURCES NATURELLES ET COLONISATION DANS LA GUERRE CIVILE . 49-44 AVANT J.C. ( CHAPITRE ιIc3 dernier)


(suite de  11/01/13)

CONCLUSION

Il est malaisé de conclure après cet aperçu de la politique coloniale de César en  Espagne. Le contexte de la guerre civile entre 49 et 44 av. J.-C. rendait difficile  l’implantation de colonies et pourtant on a pu en trouver quelques indices que nous avons
exposés dans ce mémoire.
Quelles étaient les intentions de César vis-à-vis de la péninsule Ibérique ? Il semble  certain que les provinces d’Ulterior et de Citerior constituaient un enjeu pour Pompée.
Comme on a pu le constater il y avait établi d’important lien clientélaires. Cette deuotio  ibérique a perduré sur deux voire trois générations depuis Pompée Strabo, quoique nous  ne disposions guère de certitudes à ce sujet, jusqu’aux fils de Pompée le Grand ; Cnaeus  et Sextus. C’est sans doute pour cette raison que l’Espagne demeurait une conquête  difficile pour César. Peut-on ajouter foi à ce qu’il nous laisse entendre concernant les  sympathies de l’Ulterior à son sujet ? On peut, nous l’avons vu, en douter.
Les richesses minières de la péninsule étaient importantes. Les travaux de  Domergue l’ont bien montré et manquaient pour conforter l’hypothèse ancienne de  Blazquez. Toutefois ce ne fut que sous l’Empire que l’économie liée aux exploitations
minières ne prit un essor considérable. En effet, depuis la conquête romaine à partir de la  fin du IIIème siècle av. J.-C., ces territoires ne connurent guère de longue période de paix.
La guerre ne permettait évidemment pas de mettre en valeur les complexes miniers ; ces  entreprises étaient risquées parce que coûteuses et en permanence menacées de raids  indigènes ou de guerres civiles. Ces zones semblaient les premières zones visées en cas  de conflit. Il est évident que sans argent, point de guerre.
César a-t-il planifié d’implanter des colonies à des fins d’exploitation du territoire ?
L’hypothèse est séduisante et, qui plus est, tout à fait envisageable. Les colonies de  Marius à César, pour l’essentiel, étaient destinées aux vétérans. La conséquence, néfaste  pour la République mais avantageuse pour les dynastes, était la réunion d’hommes de  réserves prêts à se soulever lorsque leur patron en éprouvait la nécessité et à constituer de  véritables armées privées ; après tout ne lui devaient-ils pas leurs terres ? d’autre part les  colonies, depuis les origines de l’expansion romaine servaient d’avant postes défensifs et  permettaient d’assurer une certaine sécurité dans les zones environnantes. La nouveauté
instaurée par César était d’importance. Il reprit les habitudes de ses prédécesseurs Marius,
Sylla, Pompée en lotissant ses vétérans mais en modifiant un aspect essentiel : les   lotissements de plébéiens non-vétérans. Il prolongeait ainsi sa politique de popularis ou de démagogue dans la lignée des Gracques, Servilius Rullus, l’interprétation est libre. Il  est cependant une chose certaine cette politique montra son efficacité puisqu’elle fut largement reprise par Auguste au point qu’il est difficile de distinguer l’oeuvre du père de  celle du fils adoptif. Cette confusion était loin d’être désavantageuse pour le fondateur du  principat. Il est tentant de supposer qu’elle fut même voulue.
Cependant, une nuance s’impose. On ignore quelles étaient véritablement les  intentions de César en matière de législation agraire, son oeuvre ayant été interrompu par  les ides de mars. Le processus d’établissement d’une colonie était long en temps de paix
et à plus forte raison en temps de guerre. Comme nous avons pu le constater dans cette  étude, on ne dispose guère de certitudes concernant les fondations césariennes établies du  vivant du dictateur. Il n’en demeure pas loin que rien n’exclu la reprise d’une législation  agraire cohérente et vaste accompagnée par une réorganisation politique des territoires. Il  serait même étonnant que César n’ait rien planifié dans ce domaine.
Néanmoins la question de la colonisation présente un intérêt tout particulier. Les  crises qui secouèrent la République étaient liées à différentes contraintes économiques et  sociales qui motivaient, on le pense, la politique césarienne. Concevoir le conflit comme
uniquement le résultat de l’affrontement de l’ambition de deux hommes ne paraît pas  expliquer suffisamment le bouleversement qui suivit la seconde guerre civile. On peut  n’y voir qu’un prélude à la réorganisation par Octavien, le futur Auguste, de l’Empire
avec une refonte du système administratif et institutionnel. À partir de la conquête par  Auguste de la totalité de la péninsule les mines de la péninsule furent pleinement exploitées au point de voir Mécène suggérer qu’on en dressât un inventaire précis. En
outre, la fondation de colonies permettait de contrebalancer l’influence de Pompée qui  servit également à ses fils. On l’a vu, l’importance de la clientèle des Pompeii avait fait  de la péninsule un véritable fief. Si César souhaitait la paix, il devait contrôler les
territoires et y établir une autre forme de clientèle : des colons. Autant les vétérans que  les proletarii demeuraient liés à celui qui leur avait accordé des terres.
Nous avons vu que certaines colonies établies dans la péninsule ibérique furent  vraisemblablement nées de l’initiative de César comme Hispalis, Tarraco, Carthago Noua  et Urso pour les autres colonies des doutes subsistent étant donnée la superposition des
colonies augustéennes aux colonies césariennes. Le cas d’Urso demeure problématique  étant donné les difficultés liées à l’affichage de l’inscription. Plusieurs hypothèses on put  être avancées et nous avons tentés dans cette étude de proposer une nouvelle hypothèse  qui ferait remonter la décision de la fondation à 49 av. J.-C., en tenant évidemment  compte de ces difficultés et des étapes successives de la fondation d’une colonie. César  avait pour habitude, les exemples ne manquent pas de régler rapidement les statuts des  cités, comme ce fut le cas pour Massilia ou Gadès, l’appareil juridique romain mettant  souvent plusieurs mois ou années avant de valider les décisions du nouveau maître de  Rome. Il n’en demeurait pas moins que sa législation fut importante en de nombreux  domaines elle révélait concrètement une volonté d’uniformiser les territoires de Rome en  accordant des statuts juridiques. Rappelons la Lex Roscia de Gallia Cisalpina, la Lex  Iulia de Ciuitate Gaditanorum ou encore les contestées Leges Iulia Municipalis, de  Siculis danda, de insula creta. L’historiographie a fréquemment contesté la paternité de  ces lois à César, néanmoins, si l’on considère l’ampleur de la législation césarienne, il est  difficile de ne pas y lier des lois aux enjeux importants.
La colonisation prit une bien plus grande envergure sous l’héritier du dictateur,
comme il put s’en flatter dans ses Res Gestae et on est tenté de penser que la confusion  qui persiste concernant l’origine de ces fondations fut voulue par le princeps. Après tout  ne s’agissait-il pas d’une partie de son héritage ? Rappelons une fois encore l’importance  politique de cette question agraire qui fut à la fois instrument et enjeu au coeur des guerres  civiles. Avec ces multiples établissements augustéens les contraintes économiques et  sociales furent résorbées. César en fut-il l’initiateur ? Peut-on considérer, puisque son  oeuvre fut inachevée, qu’il y avait une cohérence « augustéenne » dans le programme  législatif de César ? Une étude plus approfondie de la question, appliquée à toutes les  provinces de l’Empire permettrait sans doute d’apporter une réponse plus satisfaisante.
Ainsi, avec la discrète mise en place de l’Empire proprement dit disparut la question  agraire au sens où on l’entendait depuis Spurius Cassius au Vème siècle, et avec elle les prouesses oratoires de Cicéron.

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

Sources littéraires :
• Appien, Les Guerres Civiles à Rome, Vol. I. Paris, Les Belles Lettres, 1992.
(réédition revue corrigée et annotée par P. Torrens de l’éd. J. A. Combes-Dounous  1808).
• Appien, Les Guerres Civiles à Rome, Vol. II. Paris, Les Belles Lettres, 1994.
(réédition revue corrigée et annotée par P. Torrens de l’éd. J. A. Combes-Dounous  1808).
• César, Guerre des Gaules, livres I à IV, Tome I, Paris, Les Belles Lettres, 14e éd.,1996. Trad. A. Balland.
• César, Guerre des Gaules, livres V à VIII, Tome II, Paris, Les Belles Lettres, 14e éd.,2000. Trad. A. Balland.
• César, La Guerre Civile, livres I et II, Tome I, Paris, Les Belles Lettres, 1936. tTrad.P. Fabre.
• César, La Guerre Civile, Livre III, Tome II, Paris, Les Belles Lettres, 6e éd., 1969.trad. P. Fabre.
• Pseudo-César, La Guerre d’Alexandrie, Paris, Les Belles Lettres, 1954. Trad. J.Andrieu.
• Pseudo-César, La Guerre d’Espagne, Paris, Les Belles Lettres, 1999. Trad. N.Diouron.
• Cicéron, Correspondance, Tome I, Paris, Les Belles Lettres, 1934. Trad. L. A.Constans.
• Cicéron, Correspondance, Tome V, Paris, Les Belles Lettres, 1964. Trad. J. Bayet.
• Cicéron, Correspondance, Tome VI, Paris, Les Belles Lettres, 1993. Trad. J. Bayet.
• Cicéron, Correspondance VII, Paris, Les Belles Lettres, 1980. Trad. J. Beaujeu.
• Cicéron, Correspondance VIII, Paris, Les Belles Lettres, 1983. Trad. J. Beaujeu.

• Cicéron, Discours tome IX, Sur la loi agraire. Pour C. Rabirius, Paris, Les Belles  Lettres, 1960. Trad. A. Boulanger.
• Cicéron, Discours tome XIX. Philippiques I-IV, Paris, Les Belles Lettres, 1972. Trad.A. Boulanger et P. Wuillemier.
• Cicéron, Discours tome XX. Philippiques V-XIV, Paris, Les Belles Lettres, 2002.Trad. P. Wuillemier.
• Dion Cassius, Roman History, Books XXXVI-XL, Cambridge – Londres, Harvard  University Press – W. Heinemann, 5e éd., 1984, Loeb Classical Library. Trad. E.Cary.
• Dion Cassius, Roman History, Books XLI-XLV, Cambridge, Harvard University Press  – W. Heinemann, 5e éd.,1987, Loeb Classical Library. Trad. E.Cary.
• Dion Cassius, Histoire Romaine, Livres 40-41, Paris, Les Belles Lettres, 1996. trad.M. Rosellini.
• Siculus Flaccus, Les conditions des terres, Naples, Jovene, 1993. Trad. M. Clavel-Lévêque, D.Conso, F. Favory, J.Y. Guillaumin, Ph. Robin.
• Hygin l’Arpenteur, L’établissement des limites, Naples, Jovene, 1996. Trad. M.Clavel-Lévêque, D.Conso, A. Gonzales, J.Y. Guillaumin, Ph. Robin.(M. Clavel-Lévêque et alii)
• Pomponius Mela, De Chorographia, Lewiston, 1997. Trad. P. Berry.
• Plutarque, Lives VII, Demosthenes and Cicero, Alexander and Caesar, Cambridge -Londres, Harvard University Press – W. Heinemann, 9e éd., 1999, Loeb Classical  Library. Trad. B. Perrin.
• Plutarque, Lives V, Agesilaus and Pompey, Pelopidas and Marcellus, Cambridge-Londres, Harvard University Press – W. Heinemann, 5e éd., 1990, Loeb Classical   Library. Trad. B. Perrin.
• Plutarque, Vies parallèles, Phocion et Caton le Jeune, Paris, Les Belles lettres, 1976.Trad. R. Flacelière et E. Chambry.
• Plutarque, Vies parallèles, Nicias et Crassus, Paris, Les Belles Lettres, 1972. trad. R.Flacelière et E. Chambry.
• Plutarque, Vies parallèles, Pyrrhos et Marius, Paris, Les Belles Lettres, 1971. trad. R.Flacelière et E. Chambry.

• Plutarque, Vies parallèles, Lysandre et Sylla, Paris, Les Belles Lettres, 1971. trad. R.Flacelière et E. Chambry.
• Suétone, Vies des Douze césars, César – Auguste, Tome I, Paris, Les Belles Lettres,1967. Trad. J. Alloud.
• Velleius Paterculus, Histoire Romaine, Paris, Les Belles Lettres, 1982. Trad. J.Hellegouarc’h.
Nous nous avons également utilisé dans cette étude des données épigraphiques   éditées dans les ouvrages suivants :
Concernant la loi d’Urso :
• M. H. Crawford, Roman Statutes Vol. II., Londres, 1996.
Concernant les différentes inscriptions relatives aux provinces ibériques et notamment  l’inscription d’Osuña :
• E. Hübner, Corpus inscriptionum latinarum, Vol. II. 1. 1., Berlin, 1957 (2ème  édition).
Concernant les Res Gestae Diui Augusti :
• Brunt P.A., Moore J.M., Res Gestae Diui Augusti, New York, Oxford
University Press, 1967.

Bibliographie
1. Abascal J.M., Espinosa U., La Ciudad hispano-romana. Privilegio y poder,Logroño, 1989. (=Abascal, Espinosa, 1989)
2. Alföldy A., « Die alteste römische Inschrift der Iberischen Halbinsel », ZPE, 43,1981. p. 1-12 (=Alföldy, 1981)
3. Alvez Portal M. da G, « Os Altos rendimentos da mineração na Hispania Romana  (206 a.c.-166 a.c.), Revista de Historia, 1977, LVI. p. 3-17. (=Alvez Portal, 1977)
4. Arteaga O., G. Hoffmann, H. Schubart & H. Schultz, « Geologischarchäologische  Forschungen zum Verlauf der andalusischen Mittelmeerküste.
Madrider Beiträge, 14, 1988. p.107-126. (=Arteaga, Hoffmann, Schubart,Schultz, 1988)
5. Arteaga O., H. Schultz & A.-M. Roos, « El problema del ‘lacus Ligustinus’.Investigaciones geoarqueológicas en torno a las marismas del bajo  Guadalquivir », Actas Congreso Conmemorativo V Symposium Intern. Prehistoria   Peninsular Tartessos 25 años despues 1968-1993, Jerez de la Frontera, 1995. P.99-135. (=Arteaga, Schultz, Roos, 1995)
6. Badian E. Foreign Clientelae 264-70 B.C., Oxford, 1958. (=Badian, 1958)
7. Badian E., « From the Gracchi to Sulla », Historia, 1962. p. 197-245. (=Badian,1962)
8. Badian E., « Tiberius Gracchus and the Beginning of the Roman Revolution »,A.N.R.W., I, 1, 1972. p. 235-242. (=Badian, 1972)
9. Bane P.W., « The Development of Roman Imperial Attitudes and the Iberian  Wars », Emerita, 44, 1976, 409-420. (=Bane, 1976)
10. Beltran A., « Acerca de los nombres de Cartagena en la Edad Antigua », Archivo   de Prehistoria Levantina, 2, 1950. p. 301-320 (=Beltran, 1950)

11. Beltran A., « Colonia Iulia Urbs Triumphalis Tarraconensis », Boletin  Arqueologico de Tarragona, 52, 1952. p. 49-75 (=Beltran, 1952)
12. Beltran A., « Notas sobre la cronologia del poblado del Cabezo de Alcala en  Azaila (Teruel) », Caesaraugusta, 23-24, 1964. p. 79-86. (=Beltran, 1964)
13. Beltran A., Las Monedas Latinas de Cartagena, Murcia, 1949. (=Beltran, 1949)
14. Beltran Lloris M., A. Mostalac Carrillo, J. A. Lasheras Corruchaga , Colonia  Victrix Iulia Lepida Celsa, I, Saragosse, 1984. (=Beltran et alii, 1984)
15. Benoît F., « La romanisation de la Narbonnaise à la fin de l’époque  républicaine », Rivista di Studi Liguri, XXXII, 1966. p. 287-303. (=Benoît, 1966).
16. Berti N., « Scipione Emiliano, Caio Gracco e l’evocatio di « Giunone » da  Cartagine », Aevium, LXIV, 1990. p.69-75. (=Berti, 1990)
17. Birot P. et P. Gabert, La Méditerranée et le Moyen-Orient, I, La péninsule  Ibérique et l’Italie, coll. « Orbis », Paris, 1964. (=Birot/ Gabert, 1964)
18. Blagg T.et M. Millett , The Early Roman Empire in the West, Oxford, 1990.(=Blagg, Millet, 1990)
19. Blanco Freijeiro A., « Antiguedades de RioTinto », Zephyrus, 13, 1962. p. 31-45.(=Blanco Freijeiro, 1962)
20. Blanco Freijeiro A., Historia de Sevilla. I. La Ciudad Antigua, Séville, 1989 (3ème éd.). (=Blanco Reijeiro)
21. Blázquez J.M., « Estado de la romanizacion de Hispania bajo César y Augusto »,Emerita, 30, 1962. p. 71-129. (= Blazquez, 1962)
22. Blázquez J.M., « Las explotaciones mineras y la romanización de Hispania »,España romana, Madrid, 1996. (=Blazquez, 1996)
23. Blázquez J.M., Historia economica de la Hispania Romana, Madrid, 1978.(=Blazquez, 1978)
24. Blázquez J.M., Roma y la explotacion de la peninsula iberica, Madrid, 1968.(=Blazquez, 1968)
25. Bonnefond Coudry M., Le sénat de la république romaine de la guerre  d’Hannibal à Auguste : Pratiques délibératives et prises de décision, Rome, 1989.(=Bonnefond Coudry, 1989)
26. Bosque Maurel J., Geografia de Espana. T.8, Andalucia, Canarias, Barcelona,1991. (=Bosque Maurel, 1991)

27. Botsford, G.W., The Roman Assemblies from the Origin to the End of the  Republic, New York, 1909. (=Botsford, 1909)
28. Broughton T.R.S, The Magistrates of the Roman Republic, New York, 1951-1952. 3 vol. (=Broughton, MRR)
29. Brunt P.A., Conflits sociaux en République Romaine, Paris, 1979. (=Brunt, 1979)
30. Brunt P.A., Italian Manpower, 225 bc-14ad, Oxford, 1971. (= Brunt, 1971)
31. Brunt P.A., « The Army and the Land in the Roman Revolution »,J.R.S., 1962. p.69-86. (=Brunt, 1962)
32. Brunt P.A., The Roman Economy: Studies in Economic and Administrative  History, Oxford, 1974. (= Brunt, 1974)
33. Burnett A., Roman Provincial Coinage, Londres-Paris, 1992. (=Burnett, 1992)
34. Buttrey Th.V., « The denarii of Cn. Pompeius Jr and M. Minatius Sabinus »,ANSMUS, New York, 1960. (p. 75-95). (=Buttrey, 1960)
35. Caballos Rufino A., Italica y los italicenses aproximacion a su historia, Sevilla,1994. (=Caballos Rufino, 1994)
36. Caballos Rufino, A., « Iptuci, Civitas stipendaria del Conventus Gaditanus »,Gades, 7, 1981. p. 37-46. (=Caballos Rufino, 1962)
37. Campos J. et J. Gonzalez, « Los Foros de Hispalis, colonia Romula », Anejos de   Arqueologia Antigua, 60, 1987. p. 123-158. (=Campos/Gonzalez, 1987)
38. Canfora L., César, le dictateur démocrate, Paris, 2001. (=Canfora, 2001)
39. Carcopino J., César, Paris, 1968. (=Carcopino, 1968)
40. Cary M., « Notes on the Legislation of Julius Caesar », JRS, 19, 1929. p. 113-119.(=Cary, 1929)
41. Cary M., « The Land Legislation of Julius Caesar’s first consulship », Journal of  Philology, 1920 (=Cary, 1920)
42. Cary M., The geographical background of Greek and Roman history, Oxford,1949. (=Cary, 1949)
43. Cencetti, « Gli Archivi dell’anticita Roma nell’età republicana », Archivi VII,1940. p. 7-49 (=Cencetti, 1940)
44. Chaves Tristan F., Urso, a la buscada de su pasado, Osuna, 2002. (=Chaves  Tristan, 2002)
45. Chic Garcia G., « El trafico en el Guadalquivir y el transporte des las anforas »,Anales de la Universidad de Cadiz, I, 1984. (=Chic Garcia, 1984)

46. Chic García G., « La actuación político-militar cartaginesa en la Península Ibérica  entre los años 237 y 218 », 1978, Habis, IX. p. 233-242. (=Chic Garcia, 1978a)
47. Chic Garcia G., « Consideraciones sobre la navigabilidad del Guadalquivir en  epoca romana », Gades, I, 1978. p. 7-20. (=Chic Garcia, 1978b)
48. Chic García G., « Aspectos económicos de la política de Augusto en la Bética »,Habis, 1985, XVI. p. 277-299 (=Chic Garcia, 1985)
49. Chouquer G. et A. Daubigney, Cadastres indigènes et romains à St-Aubain  (Jura), Photo Interprétation, 1983. p. 4-5.
50. Chouquer G. et F. Favory, Les arpenteurs romains. Théorie et pratique, Paris,1992. (=Chouquer, Favory, 1992)
51. Chouquer G. et F. Favory, Les paysages de l’antiquité. Terres et cadastres de  l’Occident romain, Paris, 1991. (=Chouquer, Favory, 1992)
52. Chouquer G., F. Favory., L’arpentage romain. Histoire des textes, droit,techniques, Paris, 2001. (=Chouquer, Favory, 2001)
53. Clavel-Lévêque M., Cadastres et espace rural. Approches et réalités antiques,Paris, 1983. (=Clavel-Lévêque, 1983)
54. Clavel-Lévêque M., Paysages et cadastres antiques, Paris, 1994. (=Clavel-Lévêque, 1994)
55. Corto Sanchez R., Osuna de Pompeyo a César. Excavaciones en la muralla  republicana, Séville, 1977. (=Corto Sanchez, 1977)
56. Crawford M.H., « The Lex Iulia Agraria », Athenaeum, 1989, I-II, p. 179-190.
57. Crawford M.H., Roman Republican Coins Hoards, Londres, 1969. (=Crawford,1969)
58. Crawford M.H., Roman Statutes, Londres, 1996. (=Crawford, 1996)
59. Crawford M.H., The Coinage of the Roman world in the Late Republic, Londres,1987. (=Crawford, 1987)
60. Curchin L.A., Roman Spain. Conquest and Assimilation, Londres, 1991.(=Curchin, 1991)
61. Curchin L.A., The Local Magistrates of Roman Spain, Toronto, 1990. (=Curchin,1990)
62. D’Ors A., Epigrafia Juridica de la España Romana, Madrid, 1953. (=D’Ors,1953)

63. D’Ors A., « La condicion juridica del suelo en las provincias de Hispania », Atti  della Accademia Nazionale dei Lincei, CCCLXXI, 1974. p. 253-268. (=D’Ors,1974)
64. David J.M., La Romanisation de l’Italie, Paris, 1997. (=David, 1997)
65. Degrassi A., « Quattuorviri in colonie romane e in municipi retti da duoviri »,Scritti vari di antichita, I, Rome, 1962, p. 99-167.
66. Diaz Tejera A., Sevilla en los textos clásicos greco-latinos, Séville, 1982. (=Diaz  Tejera, 1982)
67. Didierjean F., « Le paysage rural antique au nord-ouest de Séville (Campo et  Alfaraje) », MCV, XIV (1978), p. 5-33. (=Didierjean, 1978)
68. Dilke O.A.W., The Roman Land Surveyors: an Introduction to the Agrimensores,New York , 1971. (=Dilke, 1971)
69. Domergue C., « Les Planii et leur activité industrielle en Espagne sous la  république », M.C.V., 1, 1965, p. 9-29. (=Domergue, 1965)
70. Domergue C., « La mine antique de Diogenes (Province de Ciudad Real) »,M.C.V., 3, 1967, p. 29-50. (=Domergue, 1967)
71. Domergue C., « El Cerro del Plomo, Mina El Centenillo (Jaèn) », N.A.H., 16,1971, p. 340-343. (=Domergue, 1971)
72. Domergue C., « A propos de Pline, N.H. XXXIII, 70-78, et pour illustrer sa  description des mines d’or romaines d’Espagne », A.E.A., 1972-1974 XLV-XLVII.p. 499-548. (=Domergue, 1972)
73. Domergue C., Laubenheimer F., Liou B., « Les lingots d’étain de l’épave Port-Vendres II », Gallia, 1975, XXXIII. p. 61-94. (= Domergue et alii, 1975)
74. Domergue C., Laubenheimer-Leenhardt F., Liou B., « Les lingots de plomb de L.Carulius Hispallus.» R.A.N., 1974, VII. p. 119-137. (= Domergue et alii, 1974)
75. Domergue C., La mine antique d’Aljustrel (Portugal) et les tables de bronze de  Vipasca, Bordeaux, 1983. (=Domergue, 1983)
76. Domergue C. et V. Guerrero Ayuso, « Les lingots de plomb de l’épave romaine  Cabrera 5 », Archeonautica 6, 1986. p. 31-80. (=Domergue/ Guerrero Ayuso,1986a)77. Domergue C., « L’eau dans les mines d’or romaines du Nord-Ouest de l’Espagne,III », L’homme et l’eau en Méditerranée et au Proche-Orient, III : L’eau dans les  techniques. Séminaire de recherche 1981-1982 / sous la dir. de Louis P. Lyon :Maison de l’Orient Méditerranéen, 1986. p. 109-119 (Domergue, 1986b)
78. Domergue C., Les mines de la péninsule Ibérique dans l’Antiquité romaine,Rome, 1988. (=Domergue, 1988)
79. Domergue C., « Production et commerce des métaux dans le monde romain :l’exemple des métaux hispaniques d’après l’épigraphie des lingots », dans C.Nicolet et S. Panciera, Epigrafia della produzione e della distribuzione, Paris-Rome, 1994. p. 82-88. (=Domergue, 1994)
80. Domergue C., « A View of Baetica’s External Commerce in the 1st c.A.D. based  on its Trade in Metals », dans S. Keay, An Archeology of Early Roman Baetica,Portsmouth, 1998. p. 201-215. (=Domergue, 1998)
81. Dupré N., « La politique romaine en Espagne pendant la deuxième guerre  punique. L’exemple de la vallée de l’Èbre (218-205) », R.E.L., 1981, LIX. P.121-152.
82. Engel E. et P. Paris, « Une forteresse ibérique à Osuna (fouilles de 1903) »,NAMSc, 13, 1906. p. 357 et suivantes. (=Engel, Paris, 1906).
83. Fear A.T., « The Vernacular Legion of Hispania Ulterior », Latomus, 50, 4, 1991,p. 809-821. (=Fear, 1991)
84. Fear A.T., Rome and Baetica, Urbanization in Southern Spain 50bc-150ad,Oxford, 1996. (=Fear, 1996)
85. Ferreiro Lopez M., « Asta Regia segun los geografos antiguos », Gades, 9, 1982.p. 155-177 (=Ferreiro Lopez, 1983)
86. Frank, T., An Economic Survey of Ancient Rome, vol.III, New York,1959.(=Frank T, III, 1959)
87. Frederiksen M.W., « The Republican Municipal Laws, Errors and Drafts », dans  Journal of Roman Studies, LV (1965) p.183-198. (=Frederiksen, 1965)
88. Freyburger G., « Un conflit d’interprétation de la fides entre César et les  Gaulois », R.E.L., 61, 1983. p. 163-172. (=Freyburger, 1983)
89. Freyburger G., Fides : étude sémantique et religieuse depuis les origines jusqu’à  l’époque augustéenne, Paris, 1986. (=Freyburger, 1986)
90. Gabba E., « Aspetti della Lotta in Spagna di Sesto Pompeo », Legio VII Gemina,Leon, 1970.p. 133-135. (=Gabba, 1970)

91. Gabba E., Esercito e società nella tarda repubicana romana, Florence, 1973.(=Gabba, 1973)
92. Gabba E., « Reflessioni sulla lex coloniae Genetiuae, Estudios sobre la Tabula  Siarensis », Madrid, 1988. p. 169-184. (=Gabba, 1988)
93. Gabba, E. « Ricerche sull’esercito professionale romano da Mario ad Augusto »,Atheneum., XXIX, 1951. p. 171-250. (=Gabba, 1951)
94. Galsterer H., « La loi municipale des Romains : chimère ou réalité ? », RHDFE,65, 1987. p. 181-203 (=Galsterer, 1987)
95. García G., « Frutos Reyes G., « La Península ibérica en el marco de las  colonizaciones mediterráneas », Habis, 1984, XV, p.201-227. (=Garcia, 1984)
96. García Moreno Luis A, « Presupuestos ideológicos de la actuación de Roma  durante el proceso de la conquista de Hispania. » Gerión, 1987. p. 211-243.(=Garcia Moreno, 1987)
97. García y Bellido A., « Las colonias romanas de Hispania », Anuario de Historia  del Derecho Español, 29, 1959. p.447-512 (=Garcia y Bellido, 1959)
98. Garcia y Bellido A., « El “exercitus hispanicus“ desde Augusto à Vespasiano»,AEA, 34, 1961. P. 114 et suivantes. (=Garcia y Bellido, 1961)
99. Garcia y Bellido A., La Espana del siglo primero de nuestra era : segun P. Mela  y C. Plinio, Buenos Aires, 1947. (=Garcia y Bellido, 1947)
100. Garcia y Bellido, « Los auxiliarios hispanos en los ejercitos romanos de occupacion (200-30 av. J.-C.) », Emerita, 31, 1963. p. 213-226. (=Garcia y  Bellido, 1963)
101. Garcia-Gallo A., « La ciudad de Valencia y su condición juridica en la  época romana », Anuario de Historia del Derecho Romano, 1978, XLVIII. p.349-364. (=Garcia-Gallo, 1978)
102. García Moreno L. A., Presupuestos ideológicos de la actuación de Roma  durante el proceso de la conquista de Hispania. Gerión, 1987. p. 211-243.(=Garcia Moreno, 1987)
103. Gargola D., Lands, Laws and Gods, Londres, 1995. (=Gargola, 1995)
104. Gelzer M., Caesar, Politician and Stateman, Oxford, 1985. (=Gelzer,1985)
105. Girard P., Manuel élémentaire de droit romain, Paris, 1911. (=Girard,1911)

106. Girard P.., Les lois des Romains, vol 2, Paris, 1877. (=Girard, 1877)
107. Girardet K.M., « Imperium und provinciae des Pompeius seit 67 v. chr.»,Cahiers du Centre Gustave Glotz, 1992, III. p. 176-188. (=Girardet, 1992)
108. Giraud Ch., Les Bronzes d’Osuna, Paris, 1874. (=Giraud, 1874)
109. Giraud Ch., Les Bronzes d’Osuna, remarques nouvelles, Paris, 1875.(=Giraud, 1875)
110. Gonzalez, J., Estudios sobre Urso, Séville, 1989. (=Gonzalez, 1989)
111. Gonzalves Perez V., « La centuriation d’Illici », Estudios sobre  centuriaciones romanas en Espana, Madrid, 1974.pp101-103 (=Gonzalves Perez,1974)
112. Grant M., From Imperium to Auctoritas, Cambridge, 1946.
113. Grant M., The Routledge Atlas of Classical History, Routledge, Londres,1994. (=Grant, 1994)
114. Gruen E.S., The Last Generation of the Roman Republic, Berkeley, 1974.(=Gruen, 1974)
115. Guadan A.M de, Numismática iberica y ibero- romana, Madrid, 1969.(=Guadan, 1969)
116. Haley E.W., Migration and Economy in the Roman Imperial Spain,Universidad de Barcelona publicacions, Barcelone, 1991. (=Haley, 1991)
117. Hardy E.G., Roman Laws and Charters, and Three Spanish Charters and  Other Documents, New York, 1975. (=Hardy, 1975)
118. Harmand J., « César et l’Espagne durant le second Bellum Civile » dans  Legio VII Gemina, Léon, 1970. (=Harmand, 1970)
119. Harris W. V., War and imperialism in Republican Rome 327-70 B.C.Oxford, 1979.(=Harris, 1979)
120. Henderson M.I., « Julius Caesar and Latium in Spain », Journal of Roman  Studies, 32, 1942, p. 1-13 (=Henderson, 1942)
121. Hermon E., « La date de la fondation de la colonie Narbo Martius en  Gaule narbonnaise. » Revue historique de Droit Français et Etranger, LIV, 1976.
p.229-239. (=Hermon, 1976a)
122. Hermon E., « La loi agraire de Tiberius Gracchus », Ktèma, 1, 1976. p.179-186 (=Hermon, 1976b)

123. Hermon E. « Empire romain : concept et approches d’analyse », Réflexions  historiques, 1982, 9, 3. p. 437-448 (=Hermon 1982a)
124. Hermon E., « Le programme agraire de Caius Gracchus », Athenaeum, 60,1982. p. 258-272 (=Hermon, 1982b)
125. Hermon E., Gouvernants et gouvernés dans l’Imperium Romanum  (IIIème-Ier siècle av J.-C), Actes du colloque, Sociétés Savantes, Université  Laval, Québec, 1989. (=Hermon, 1989b)
126. Hermon E., « Les problèmes de l’occupation des sols au IVème siècle avJ.-C. », Structure agraire et Sociétés antiques, Actes du colloque, FSNR, Corfou,Paris, 1994. (=Hermon, 1994)
127. Hermon E., Habiter et partager les terres avant les Gracques, Rome-Paris, 2001. (=Hermon, 2001)
128. Hermon E., Pouvoir et Imperium (IIIe av. J.-C. – Ier ap. J.-C.), Jovene,Naples, 1996. (=Hermon, 1996)
129. Hermon E., « L’origine du Ius Italicum. Une hypothèse », Logios Aner.Studi di Antichità in memoria di Mario Atilio Levi, Quaderni di Acme 55, Milano,2002. p. 209-241. (=Hermon, 2002)
130. Hernández Guerra L. y Luis Sagredo San Eustaquio, El proceso de  municipalizacion en la hispania romana, Universidad de Valladolid, 1998.(=Hernandez Guerra/Sagredo San Eustaquio, 1998)
131. Hill F., Notes on the Ancient Coinage of Hispania Citerior, New York,1931. (=Hill, 1931)
132. Hinrichs F.T., « Das Legale landversprechen im Bellum Civile », Historia,XVIII, 1969. p. 521-544. (=Hinrichs, 1969)
133. Hinrichs, F.T., Histoire des institutions gromatiques, Paris, 1989 (trad. de  l’édition de 1974) (=Hinrichs, 1989)
134. Hübner E., Lex Coloniae Iuliae Genetivae urbanorum siue ursonis data A.V. C. DCCX, suivi d’une édition du texte et d’un commentaire par Mommsen  dans : Ephemeris Epigraphica, Vol. II, Berlin-Rome, 1875, p. 105-151.(=Hubner, 1875)
135. Jones G.D.B., « The Roman Mines at Rio Tinto », J.R.S., 70, 1980. p. 146-161. (= Jones, 1980)
136. Keay S., Roman Spain, Londres (British Museum), 1988. (=Keay, 1988)

137. Keay S., The Archaelogy of Early Roman Baetica, Portsmouth,1998.(=Keay, 1998)
138. Keppie L., Colonisation and Veteran Settlement in Italy, 47-14B.C.,Rome, 1983. (=Keppie, 1983)
139. Knapp R.C., Roman Cordoba, Berkeley, 1983. (=Knapp, 1983)
140. Le Bohec Y., César Chef de guerre : César stratège et tacticien, Monaco,2001. (=Le Bohec, 2001)
141. Le Gall, J. « La date de la Lex Coloniae Genitiuae et celle de la Lex  Mamilia Roscia Peducaea Alliena Fabia », Revue de Philologie, Paris, 1946. p.139-143 (=Le Gall, 1946)
142. Le Roux P., L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques  d’Auguste à l’invasion de 409, Paris, 1982. (=Le Roux, 1982)
143. Le Roux P., « Municipe et droit latin en Hispania sous l’Empire », Revue  Historique de Droit Français et Etranger, 64, 1986. p. 325-350. (=Le Roux,1986)
144. Le Roux P., Romains d’Espagne : cités et politique dans les provinces, IIe  siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C., Paris, 1995. (= Le Roux, 1995)
145. Leroux P., Haut-Empire romain en Occident : d’Auguste aux Sévères, 31  av. J.C.-235 a.v. J.-C., Paris, 1998. (=Le Roux, 1998)
146. Lintott A.W., « What was the Imperium Romanum », Greece & Rome 28,1981. p. 53-67 (=Lintott, 1981)
147. Lintott A., Imperium Romanum. Politics and Administration, Londres-New York, 1993. (=Lintott, 1993)
148. Macmullen R., Romanization in the Time of Augustus, New Haven, 2000.(=Macmullen, 2000)
149. Magdelain A., La loi à Rome : Histoire d’un concept, Paris, 1978.(=Magdelain, 1978)
150. Mallon J., « Essai sur l’affichage de la Lex coloniae Genetiuae Iuliae »,Archivo Espanol de Arqueologia, Madrid, 1944. (=Mallon, 1944)
151. Marin Diaz M. A. , Emigración, colonización y municipalización en la  Hispania romana republicana, Granada, 1988. (=Marin Diaz, 1988)

152. Marin Diaz M. A., « Problemas historicos en torno a las fundaciones  romanas de la Hispania meridional durante el siglo II a. de C. », dans La Betica en  su problema historica, Grenade, 1991. p. 133-152. (=Marin Diaz, 1991)
153. Martínez Gázquez J. , « Tarragona y los inicios de la romanizacion de  Hispania », Bolletino de Archeologia, 1982-1983, 4-5, p.73-86. =Martinez  Gazquez, 1983)
154. Martínez Gázquez J., La campana de Caton en Hispania, Barcelona, 1974.(=Martinez, 1974)
155. Mateu y Llopis F., « Los tesoros monetarios de la época sertoriana » dans  A. Schulten, Sertorio, Barcelona, 1949, p. 211-225. (=Mateu y Llopis, 1949)
156. Menanteau L. « Les anciens étiers de rive gauche des Marismas du  Guadalquivir. Un exemple d’utilisation des données archéologiques en  géomorphologie littorale », Mélanges de la Casa de Velázquez, 14, 1978. p. 35-72 (=Menanteau, 1978)
157. Moatti C., Archives et partage de la terre dans le monde romain ; IIe  siècle avant J.-C.-Ier siècle après J.-C., Rome-Paris, 1993. (=Moatti, 1993)
158. Mommsen Th. Et J. Marquardt, Droit public romain, vol 1 à 7 du Manuel  des antiquités romaines, Paris, 1889-1907. réédition en 1984 (=Mommsen, Droit  Public, [vol.])
159. Mommsen Th., « Lex. Coloniae Genetiuae Urbanorum siue Ursonensis »,Gesammelt Schriften. Juritische Schriften. I, Berlin, 1965 (réédition de la  publication de 1909), p. 194-264. (=Mommsen, 1909)
160. Mommsen Th., « Die Conscriptionsordnung der röm. Kaiserzeit » Hermes,1884, p.13=Gesammelte Schriften, IV, 1907. (=Mommsen, 1907)
161. Nicolet C., « L’inspiration de Tiberius Gracchus », Revue des études  antiques, 1965. p. 142-158 (=Nicolet, 1965)
162. Nicolet C., Les Gracques, Paris, 1971. (=Nicolet, 1971)
163. Nicolet C., L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines  de l’Empire romain, Paris, 1988. (=Nicolet, 1988)
164. Nicolet C., Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, 1976.(=Nicolet, 1976)
165. Orejas A., Atlas historique des zones minières d’Europe I, Bruxelles,1999. (=Almudena Orejas, 1999)

166. Plana Mallart R., « Le territoire d’Ampurias : première phase de  l’implantation romaine », Dialogues d’Histoire Ancienne, 15 2, 1989, p. 249-281.(=Plana-Mallart, 1989)
167. Plana-Mallart R., « Aménagement, réaménagement et gestion du  territoire : le cas de la Bétique » dans Monique Clavel-Lévêque, De la terre au  ciel-I-Paysages et cadastres antiques, Besançon, 1994. p. 259-273. (=Plana-Mallart, 1994)
168. Pohl I., « Was Early Ostia a Colony or a Fort », La Parola del Passato,XXXVIII, 1983. P. 123-130. (=Pohl, 1983)
169. Ponsisch M., Implantation rurale sur le Bas Guadalquivir, 3, Madrid-Paris, 1987. (=Ponsisch, 1987)
170. Ponsisch M., Implantation rurale sur le Bas Guadalquivir, 4, Madrid-Paris, 1991. (=Ponsisch, 1991)
171. Rambaud M., L’Art de la déformation historique dans les Commentaires  de César, Paris, 1953. (=Rambaud, 1953)
172. Re C., Le tavole di Osuna, Rome, 1873. (=Re, 1873)
173. Richardson J.S., « The Spanish Mines and the Development of Provincial  Taxation in the Second Century B.C. », Journal of Roman Studies, 66, 1976, 139-153. (=Richardson, 1976)
174. Richardson J.S., Spain and the development of Roman imperialism, 282-218 BC, Cambridge, 1986. (=Richardson, 1986)
175. Richardson J.S., « Imperium Romanum, Empire and the Language of  Power », J.R.S., 81, 1991 (=Richardson, 1991)
176. Richardson J.S., The Romans in Spain, Blackwell, Oxford, 1996.(=Richardson, 1996)
177. Roddaz J.-M., « Pouvoirs et provinces. Remarques sur la politique de  colonisation et de municipalisation dans la péninsule Ibérique entre César et  Auguste », Theoria y pratica del ordenamiento municipal en Hispania, Vitoria,1996. p. 13-25. (= Roddaz, 1996)
178. Roddaz J.-M., « Guerres civiles et romanisation de la vallée de l’Ebre », in  Hommages à Robert Etienne, Paris, 1988. p. 317-338. (=Roddaz, 1988)

179. Roddaz J.-M., « Imperium: nature et compétences à la fin de la République  et au début de l’Empire », Cahiers du Centre Gustave Glotz, 1992, III. P. 189-211. (=Roddaz, 1992)
180. Roddaz J.-M., « L’empreinte de César sur la péninsule ibérique », in  L’Ultimo Cesare, Rome, 2000. p. 259-276 (=Roddaz, 2000)
181. Roldán Hervas J. M., « Legio Vernacula, Iusta Legio ? »Zephyrus, 25,1974. p. 457-471. (=Roldan Hervas, 1974b)
182. Roldán Hervas J. M., Hispania y el ejercito romano. Contribución a la  historia social de la Espana antigua, Salamanque, 1974. (=Roldan Helvas,1974a)
183. Roldán Hervas J. M. et F.Wulff Alonso, Citerior y Ulterior; lás provincias  romanas de Hispania en la era republicana, Tres Cantos, 2001. (=Roldan Hervas  , Wullf Alonso, 2001)
184. Roldán Hervas J.M., « El elemento indigena en las guerras civiles en   Hispania », Hispania Antiqua, VI, 1972, p. 79-123 (=Roldan Hervas, 1972)
185. Ross-Taylor, L., La politique et les partis à Rome au temps de César,Paris, 1977. (=Ross-Taylor, 1977)
186. Rudorff A., « Gromatische Institutionen », Gromatici Veteres, II, 1852. p.227-464. (=Rudorff, 1852)
187. Ruiz Delgado M.M., Carta arqueológica de la campiña sevillana, Sevilla,1985. (=Ruiz Delgado, 1985)
188. Ruiz del Árbol, M. et Sánchez-Palencia, Fr. J., « Pratiques gromatiques et  constructions des paysages. 2, Les « terrasses » de la Fuente de la Mora (El  Cabaco, Salamanque, Espagne) : l’occupation de l’organisation du territoire dans  le Nord-Ouest de la Lusitanie », DHA, 1999, 25 (1), p. 213-221.(=Ruiz del Arbol,1999).
189. Ruiz Mata D., Turdetanos : origen, territorio y delimitacion del tiempo  historico, Cadix, 1998. (=Ruiz Mata, 1998)
190. Salinas de Frias M., El gobierno de las provincias hispanas durante la  republica romana (218-27), Salamanque, 1995. (=Salinas de Frias, 1995)
191. Salmon E.T., Roman Colonization under the Republic, Londres, 1969.(=Salmon, 1969)

192. Sánchez-Palencia, Fr. J., « Pratiques gromatiques et constructions des  paysages. 2, Les « terrasses » de la Fuente de la Mora (El Cabaco, Salamanque,Espagne) : l’occupation de l’organisation du territoire dans le Nord-Ouest de la  Lusitanie », DHA, 1999, 25 (1), p. 213-221.(=Ruiz del Arbol, 1999).
193. Santero J.M, « Colonia Iulia Gemella Acci », Habis , III, 1972. p. 203-222.(=Santero, 1972)
194. Sayas Abengoechea J. J., Colonizacion y municipalizacion bajo César y  Augusto, Madrid, 1971.
195. Schulten A, Geographia y etnografia de la peninsula iberica I, Madrid,1959. (=Schulten, 1959)
196. Schulten A., Sertorio, Barcelone, 1949. [traduction de l’édition de 1926](=Schulten, 1949)
197. Sherk R.K., The Municipal Decrees of the Roman West, Buffalo, 1970.(=Sherk, 1970)
198. Sherwin-White A.N., The Roman Citizenship, Oxford, 1973. (=Sherwin-White, 1973)
199. Sillières P., Les voies de communication de l’Hispanie méridionale,Bordeaux, 1990. (=Sillières, 1990)
200. Smith R.E., Service in the post-Marian Army, Manchester, 1958. (=Smith,1958)
201. Spaar S.L., The Ports of Roman Baetica : a Study of Provincial Harbors  and their Functions from Historical and Archeological Perspective, University of  Colorado, 1981. (=Spaar, 1981)
202. Sutherland C.H.V., The Romans in Spain 217 B.C..-A.D. 117, Londres,1939. (=Sutherland, 1939)
203. Sydenham E., The Coinage of the Roman Republic, Londres, 1952.(=Sydenham, 1952)
204. Syme R., La révolution romaine, Paris, 1967. (traduction revue et corrigée   de l’édition de 1952). (=Syme, 1967)
205. Thouvenot R., Essai sur la province romaine de Bétique, Paris, 1940.(=Thouvenot, 1940)
206. Tibiletti G., « Sulle “Leges” romane », Studi De Franciscis, VI, 1955. p.594-610. (=Tibeletti, 1955)

207. Tovar A. et J. M. Blazquez, Historia de la Hispana Romana, Madrid,1982. (=Tovar/Blazquez, 1982)
208. Tsirkin J., « The Veterans and the Romanization of Spain », Gerión, VII,1989. (=Tsirkin, 1989)
209. Veny C. et D. Cerda, « Materiales arqueologicos de cos pecios de la isla de  Cabrera (Baleares) », Trabajos de Prehistoria 29, 1972. p. 299-310(=Veny/Cerda, 1972)
210. Veny C., « Nuevos materiales de Moro Boti », Trabajos de Prehistoria 35,1979. p. 465-479 (=Veny, 1979)
211. Villaronga L., « Las monedas de Celsa Bilingües acunadas por los  Pompeyanos », Caesaraugusta, 29/30, 1967. p. 133-142. (=Villaronga, 1967)
212. Vittinghoff E., Römische Kolonization und Bürgerrechtpolitik unter  Caesar und Augustus, Mainz, 1951. (=Vittinghoff, 1951)
213. Vives y Escudero A. , La moneda hispanica, Madrid, 1926. (=Vives y  Escudero, 1926)
214. Walbank F.W., A Historical Commentary on Polybius, 3, Oxford, 1979.(=Walbank, 1979)
215. Willems P., Le Sénat de la République romaine, Louvain, 1878. II tomes.(=Willems, 1885)
216. Wilson A.J.N., Emigration from Italy in the Republican Age of Rome,Manchester, 1966. (= Wilson, 1966)
217. Yavetz Z., César et son image. Des limites du charisme en politique, Paris,1990. (=Yavetz, 1990)

 

fin

LAURENT GOHARY

About sooteris kyritsis

Job title: (f)PHELLOW OF SOPHIA Profession: RESEARCHER Company: ANTHROOPISMOS Favorite quote: "ITS TIME FOR KOSMOPOLITANS(=HELLINES) TO FLY IN SPACE." Interested in: Activity Partners, Friends Fashion: Classic Humor: Friendly Places lived: EN THE HIGHLANDS OF KOSMOS THROUGH THE DARKNESS OF AMENTHE
This entry was posted in HISTORIC THEMES and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.